Titre

Quelle souveraineté alimentaire ? Questions autochtones et paysannes dans la gouvernance de la biodiversité (1970-2013)

Auteur Claudio Brenni
Directeur /trice Yohan Ariffin
Co-directeur(s) /trice(s) Jean-Christophe Graz
Résumé de la thèse La thèse a pour objectif d'étudier les interactions entre le complexe de régimes qui porte sur la conservation de l'agrobiodiversité et les acteurs locaux. En associant les stratégies de conservation des pratiques agricoles de subsistance fondées sur l'utilisation des ressources et des connaissances dites « traditionnelles » aux luttes pour la reconnaissance des droits en faveur des acteurs locaux, elle examine plus précisément comment la notion de souveraineté alimentaire est mobilisée conjointement par les représentants des peuples autochtones et par ceux paysans dans les négociations sur la gouvernance internationale de la biodiversité. En croisant les travaux constructivistes en relations internationales avec les approches d'économie politique institutionnelle et écologique, elle explore les pratiques discursives et les stratégies politiques de ces deux groupes de représentants par rapport aux questions agricoles. En tant qu'acteurs qui détiennent des savoirs indispensables et qui ont développé et transmit les ressources phytogénétiques jusqu'à nos jours, les peuples autochtones et les paysans sont considérés comme des parties prenantes dans ces négociations. En analysant la mobilisation de la notion de souveraineté alimentaire, cette recherche analyse les engagements et les différences dans les discours tenus par les représentants autochtones et paysans dans les multiples arènes de négociation qui caractérisent ce complexe de régimes. L'étude vise donc à prouver la complexité des positionnements qui caractérise ces deux groupes d'acteurs non étatiques et à analyser comment leurs représentants sont en mesure de faire valoir leurs revendications dans ce complexe de régimes. À cette fin, le travail de recherche se divise en trois parties analytiques. La première de 1970 au milieu des années 1990 retrace l'émergence internationale de deux groupes de représentants, leur participation aux négociations sur la conservation de la biodiversité et l'apparition de la notion de souveraineté alimentaire. La deuxième partie, dès le milieu des années 1990 au milieu des années 2000, poursuit l'analyse des actions dans les différentes arènes de négociation des deux groupes de représentants et retrace le processus qui permet la consolidation de la notion de souveraineté alimentaire comme mot clé permettant l'interaction de plusieurs campagnes internationales de la part d'une multitude d'organisations de la société civile. Enfin, la troisième partie, du milieu des années 2000 au début des années 2010, analyse la diffusion de la notion de souveraineté alimentaire et son emploi dans les discours des représentants autochtones et paysans en vue de défendre leur vision sur l'appropriation et la conservation des ressources phytogénétiques.
Statut terminé
Délai administratif de soutenance de thèse 2017
URL https://www.alphil.com/index.php/souverainete-alimentaire-et-semences.html
LinkedIn https://www.linkedin.com/in/claudiobrenni/
Facebook
Twitter https://twitter.com/ClaudioBrenni
Xing https://www.xing.com/profile/Claudio_Brenni?sc_o=mxb_p