Titre

Souveraineté alimentaire et conservation des ressources phytogénétiques: analyse du positionnement de la Communauté locale sur le niveau international

Auteur Claudio Brenni
Directeur /trice Jean-Christophe Graz, Yohan Ariffin
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse La thèse a pour objectif d’étudier les relations entre la conservation de l’agrobiodiversité et les droits des populations autochtones et des communautés locales. En associant les stratégies de conservation des pratiques agricoles de subsistance fondées sur l’utilisation des ressources et des connaissances dites « traditionnelles » aux luttes pour la reconnaissance des droits des populations autochtones et des communautés locales, elle examine plus précisément comment le concept de souveraineté alimentaire est mobilisé conjointement par deux mouvements sociaux internationaux distincts, celui des populations autochtones et celui des petits paysans. En croisant les travaux constructivistes en relations internationales avec les approches d’économie politique institutionnaliste et écologique, elle explore les pratiques discursives et les stratégies politiques de ces deux mouvements sur les questions agricoles. En tant qu’acteurs qui détiennent des savoirs indispensables, les populations autochtones et les communautés locales de petits paysans sont généralement regroupées sous la même catégorie dans le régime international de la biodiversité qui gouverne les stratégies de conservation. La recherche questionne cette analyse à l’aide du concept de souveraineté alimentaire. Elle examine la politique internationale de ces deux mouvements en s’intéressant à l’évolution socio-historique du discours communautariste sur les questions agricoles. Elle retrace comment le concept fut initialement porté par le mouvement des petits paysans comme critique radicale du modèle de production agricole de type industriel. Elle étudie la manière dont les mouvements des populations autochtones sont associés aux stratégies de conservation grâce à la reconnaissance de leur rôle dans la Convention sur la diversité biologique de Nations Unies (1992), à l’inverse des petits paysans qui préfèrent maintenir une stratégie de contestation en marge du régime international. C’est dans cette perspective qu’elle interroge le rapprochement récent entre les deux mouvements autour du concept de souveraineté alimentaire.
Statut au milieu
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing